CHEZ SENSIBLE

forum familial, nature, animaux,respect !
 
bienvenueAccueilS'enregistrerConnexion
CE FORUM EST UN MAGASINE FAMILIAL , POUR TOUS LES AMIS DES ANIMAUX, RESPECT, DOUCEUR , SOLIDARITE ENVERS LES ANIMAUX ET LA NATURE!

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Partagez | 
 

 Soignez vos animaux en douceur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin/Monyka-Sensible
merci de vous présentez
merci de vous présentez
avatar


MessageSujet: Soignez vos animaux en douceur   Ven 12 Déc - 2:53

Soignez vos animaux en douceur :chien_deux:

Homéopathie, phytothérapie, acupuncture : les médecines douces gagnent la sphère vétérinaire.

Florence Villefranche (Vivre Plus) - Octobre 2008
avec le Docteur Alain de Rengervé, vétérinaire.

Née au XVIIIe siècle, l'homéopathie a trouvé son application en médecine vétérinaire dès 1833, d'abord pour les chevaux puis, petit à petit, pour les animaux de la ferme et, enfin, les animaux de compagnie. En termes d'élevage, son intérêt immédiat est de traiter sans laisser de résidus, ce qui s'avère essentiel à la fois pour l'environnement et le consommateur de viande, de volaille et de produits laitiers, d'où l'intérêt croissant des éleveurs pour cette méthode thérapeutique, notamment ceux qui briguent les labels "bio", aux cahiers des charges strictement réglementés.


Homéopathie

Pour les animaux de compagnie, le credo selon lequel il faut tenir compte du "terrain" - c'est-à- dire l'être vivant dans sa globalité -, et non pas de l'organe seul, séduit parfois les propriétaires, eux-mêmes adeptes de cette médecine. "Or, cette démarche est inhérente à notre pratique", insiste le Dr de Rengervé. Alors que le médecin homéopathe écoute son patient pour ajuster le plus finement possible son traitement, le vétérinaire doit de toute façon tenir compte de l'état général de l'animal.
Et le Dr de Rengervé de préciser : "Dans notre domaine, rares sont les ordonnances qui ne comportent que des médicaments homéopathiques." En effet, ceux-ci sont souvent prescrits en complément d'un traitement "traditionnel" car, "en cas de pathologies complexes - cardiopathie ou infections profondes, par exemple -, un traitement homéopathique pur serait inefficace", poursuit-il.
Pour des affections moins lourdes, en revanche, les traitements alternatifs peuvent éviter le recours aux antibiotiques - c'est le cas des pommades à base de plantes à l'action antiseptique - ou aux anxiolytiques - certains tranquillisants homéopathiques les valant largement. Non toxiques, sans effets secondaires ni risques de surdosage, les médicaments homéopathiques (dont les principes actifs sont dilués dans l'eau) sont aussi faciles à administrer. Quelques gouttes mélangées à la pâtée et le tour est joué !
"Dans la mesure où cela rassure les maîtres sans nuire à l'animal, ce peut être une alternative intéressante ", conclut notre spécialiste, tout en attirant l'attention sur le fait que l'homéopathie n'est pas forcément bon marché.

Phytothérapie et acupuncture

Autres médecines aux sources très anciennes, la phytothérapie et l'acupuncture trouvent aussi leur place dans la pratique vétérinaire. Réputée pour son action anti-inflammatoire, l'harpagophytum est reconnu comme dopant. Excellent reminéralisant osseux, la prêle est souvent prescrite contre les douleurs articulaires (rhumatismes, arthrose).
Administrés sous forme liquide, solide (comprimés), en poudre et, plus rarement, en injections, les extraits de plantes, commercialisés par un laboratoire spécialisé, complètent l'arsenal thérapeutique des vétérinaires, qui les utilisent pour des domaines majeurs de la pathologie (affections articulaires, dermatoses, etc.).
L'acupuncture, enfin, s'avère une aide précieuse dans des cas très précis. Pratiquée par des vétérinaires spécialement formés, elle peut venir à bout de douleurs résistantes et même servir à l'anesthésie !

la chirurgie a ses limites

Des lois régissent la chirurgie vétérinaire. Mais parfois on se demande si une opération se justifie vraiment…

Florence Villefranche avec le Dr Alain de Rengervé,
vétérinaire - Octobre 2007


• Deux types d'opération régies par la loi
Faire castrer son chat ou stériliser sa chienne ne pose pas de problème, ce sont des opérations courantes.
En revanche, certaines interventions, pratiquées il y a encore dix ans, s'avèrent impossibles aujourd'hui.
La convention européenne sur les animaux de compagnie distingue en effet deux types d'opérations : celles dites "de convenance" et les mutilations inacceptables.
Ce n'est pas tant l'acte en lui-même - castrer et stériliser sont des mutilations - que la souffrance et le handicap engendrés qui sont pris en compte.
Ainsi, la coupe des oreilles des chiens, douloureuse pour l'animal, est-elle interdite depuis 2004.
Malheureusement, la coupe de la queue, elle, reste autorisée en France sur les chiots de moins de huit jours…
L'ablation des griffes et des dents et la section des cordes vocales sont également interdites.

Réduire les risques postopératoires

En dehors de ces limites légales, et devant la souffrance de leurs compagnons, les maîtres doivent parfois décider d'une intervention.
Faut-il opérer de la cataracte un chien qui perd la vue ? Quand l'amputation se justifie-t- elle ?
S'il s'agit de la cataracte héréditaire du jeune chien, le vétérinaire estimera sans doute que l'opération est à tenter.
En revanche, un vieux chien atteint de cataracte évolutive supportera peut-être mieux la cécité que l'inconfort dû aux suites postopératoires.
En effet, la maladie évolue très lentement et l'animal, surtout en ville, se repère et s'adapte au handicap, qu'il compense avec ses autres sens.
Acte a priori assez choquant, l'amputation demeure la seule solution en cas de traumatisme ou de tumeur osseuse.
Surtout, l'animal la supporte bien, courant sans complexe sur trois pattes…
En chirurgie vétérinaire, l'important est d'effectuer " l'acte minimum efficace ", c'est-à-dire de réduire au minimum les suites postopératoires.
Car, si l'animal peut exprimer sa douleur, il ne comprend pas la gêne et les contraintes liées aux traitements.
La réflexion doit tenir compte de plusieurs facteurs, une subtile équation entre l'âge et l'espérance de vie de l'animal, sa capacité à subir le traumatisme et à récupérer.
En décidant pour lui, son maître doit mesurer tous les aspects de son engagement, financier, certes, mais surtout affectif et moral…
:nouveau013:




Forum de délestage d'images : http://lemergence.forumactif.org/
Revenir en haut Aller en bas
http://moncousin@laposte.net
 
Soignez vos animaux en douceur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les animaux ne sont plus considérés comme des biens meublés
» domino les animaux de la ferme
» Plus fort que le maïs OGM, les animaux transgéniques
» JE GARDE VOS ANIMAUX SUR DIJON ALENTOUR
» ASSOCIATION SNAC *Sécurité de la Nourriture de nos Animaux de Compagnie*

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
CHEZ SENSIBLE  :: Vos animaux :: Leurs soins au quotidien-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: